La rançon saimbolique

Un père dû,
Allant droit à la merveilleuse
Vétuste dans mon envoie de fait.
La pute me disait:
« Je suis aménorrhée quand on m’appelle »
– Je lui avais pourtant mise à mourir –
Et quand je lui dis que ça me rend triste
Elle me répond d’aimer moins virilement.
Pourtant quand je suis les filles
– Esclave en rang donné –
Ce n’est pas leur direction qui m’intéresse
Mais leur mouvement de faits.
Sciée la femme à chute dorée,
– L’éloge de qui ? –
Le poinçombre de mes fantasmes
Ou la langue materne elle,
La merveilleuse,
Noyée dans la marre monnaie.
On l’écoutera en temps dû.

La rançon saimbolique

Une réflexion sur “La rançon saimbolique

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s