Le feu des fous de forets

Un matin mort, né dans tes bras, je me suis demandé ce qu’un somme nie. Elevé dans l’attente, comme un verbe à la force de l’érection quand la belle mutine rit. J’y convoquais le pouvoir de l’appeau éthique sous le doux bruit des eaux brisées. Ma petite victime d’amour. Cette obsession je la convoque, mets de saints je ne suis pas un garçon. Haut hasard du chemin, j’ai laissé mes maîtres dans la démesure. Je me suis alors réfugié dans l’antre de guère par l’effet du bien qui pare la chute. C’était écrit « bienvenue chez les marionnettes pleines de bouche. » Et la bouche pleine de pouvoir, je me suis recouché entre le chaud et l’effroi.

Le feu des fous de forets

Une réflexion sur “Le feu des fous de forets

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s