La corde à monarque

Un homme à l’automne
Les jeunes qui disent paraissent
Et la magie des couvertes.
Ma vitalité hybride
Comme une femme laide à l’avoir
A l’instant des détails.
« Nue est à moitié prise »
Par l’effet du bien
Otant des merveilles.
La profondeur dame
Ou tamisée ta misère
Noyé dans l’étant.
J’ai agrandit ton nombre
Couché dans les goûtières
Il y a des gens qui font l’amour dans ma tête.
Tu venais d’être signée
Indélébile
A l’encre de pine.
Et quand jouit l’écrit
Je fais la queue
Contemplaintif.
Grandit dans l’attente
Je regardais le monde
Où les conquises t’adorent.
Je me souvenais de cette époque
Où la longueur de la chaîne
Dessidait de la langueur des chiennes.

La corde à monarque

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s