Le bataillon d’exploration

Une partie de moi
inlassablement demeure
vierge

Une partie de toi
insaisissable
recule dans le désert.

J’ai roulé ma bosse
sur un dé
à milles farces

Et pourtant

Jamais je n’aurais
parié
sur le double dire,

Le silence d’une respiration
l’écrit d’un « je veux »
en chasteté.

Le bataillon d’exploration

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s