L’Eden a ordures

Droit comme le marbre,
La tête ailleurs,
Le membre dressé à pourvoir au devoir
Je contemplais les braises sans baise.
Dans une maison brûlant de froid
En corps perdus à la cause
Je m’étais rendu aveugle
À moi-même.
Je ne me souviens plus de l’avant
Mais quand tu la tiens,
L’autre,
Les yeux dans les yeux
Je ne vois que mon désire mort
Pendu à tes lèvres infertiles.

Publicités
L’Eden a ordures

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s