Dès qu’on pense

Naître d’un dit visible,
Où dix visions éparpillent le peu du reste de ceux que je suis,
Mis en poésite.
Remonté du bas d’elle comme on escalade une plaine ouverte au diable,
Diantre les auditions altruistes et inaudibles !
L’image y naît comme pare-être,
Enterrée un jour de mistral :
Le calme plane.
Je me souviens de sept époques,
Il faisait noir aux antipodes des Sisyphe
Et des constructions y reprenaient la construction du chaos.
Tous les mots qu’on cède sont îles obscènes,
Obsolètes,
Et viennent me réanimer d’une hainergie vivifiante.
On m’a dit sous vents :
« L’abouti se ment »,
J’en baille,
En braille.
Les sens en alerte, je lis nos sens aux travers des corps en manque d’article.
Pas sage aux aurores,
La nuit sans nuit peut être dès lors,
Que le pas refait les chemins d’école.
Reine du « comment taire »,
Obscures clartés d’éphémère,
On n’arrête pas le progrès,
Le progrès nous arrête.

Publicités
Dès qu’on pense

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s