Le puissant fond

La mort en avant est la vie aux trousses. Lente et sexy la goutte de pluie, ses talents, embruns de folie sur ton corps. Dans mon lit ton nez perdu. Les traits peu marqués du sable ; lier des années ; les tâches de rousseur inventées. Vivement qu’on se mêle, anges comme la poussière dans l’aqueux d’une étoile. Ephémères tous ces corps affûtés qui mangent l’espace et nous bouffent le regard. Collision égale coalition – deux corps ceinturés à l’effrayante idée de maternité. Je me fais vieux mais « je » est la rumeur qui jamais ne faiblit, tant elle mise espoirs en ton coeur, trouver un forgeron.

Le puissant fond

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s