Le pas lié

J’ai traversé les océans dans ma goûte d’eau,
Evidé les évidences.
Mes chaussettes sont dépareillées, une seule est trouée,
Nouvelle étape.
J’ai hurlé mon appel à l’aide, délié mes ratures,
Vécu entre duo et débats.
Et j’ai creusé le fond du cul de sac pour louper la boucle
Car on ne grandit pas dans les cimetières.

Comment faire en terra-inconnu ?
En mort-vivant noctambule, j’ai rêvé la vie sans réelles passions.
Toujours sale,
Enfermé dans les bas-fond,
Le rythme collé aux basquettes,
Mes derniers bastillons.
Les pieds enchaînés, la prison offre une vision imprenable aux rêv-olutions.
De toute façon on ne va pas mourir sur scène,
On va mourir devant.

Spectateur incoercible, Puit du silence, Lieu tenant du bordel,
J’ai tuer l’élève ici, où l’univers s’y tait,
Il semblait bon de le faire et j’en ai grillé des cigarettes amères.
Allez, dors,
Sois raisonnable.

Publicités
Le pas lié

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s